Articles, Cinéma, Divers, Histoire

décembre 9, 2014

Sélection du mois : Documentaires

Étiquettes : , , , ,

  • Les garçons de Rollin, documentaire de Claude Ventura, 85min 

garçons de rollin

Faut-il être sérieux quand on a dix-sept ans ? L’enfance est déjà loin pour les jeunes du lycée Rollin en cette année 1942, et pourtant leurs visages en portent encore la trace. Ils sont réunis par le hasard des classes, souvent bons copains : des juifs, des résistants, des pétainistes/miliciens. Parmi ces élèves de Première, il y a un jeune immigré allemand, communiste et engagé dans la résistance. Karl Schönhaar ne finira pas l’année scolaire, son livret porte la mention « fusillé ». À quelques rangs de lui sur la photo de classe, Jacques Franz militant de la JEC (jeunesse étudiante chrétienne), ignore encore que d’ici peu il combattra sous l’uniforme de la Waffen-SS. Dans ce film troublant, librement inspiré de l’ouvrage La guerre des cancres (Bertrand Matot, éd. Perrin, 2010), Claude Ventura fait revivre les fantômes du lycée parisien dans toute leur complexité. S’appuyant sur des témoignages et sur les archives de l’établissement, c’est un microcosme de la France occupée qu’il nous fait voir, avec ses paradoxes, ses horreurs et ses petits miracles ; avec en plus – surtout – l’enthousiasme de la jeunesse, les amitiés indéfectibles qu’on lie à cet âge, par delà les appartenances, la cruauté de la guerre et la violence du choix. Certains prennent le bon chemin, d’autres non, mais tous se donnent pour ce qu’ils pensent être une cause juste.

 

  • Tattoos. Tous tatoués !, documentaire de Marc-Aurèle Vecchione, 55min

tatoos tous tatouésTout le monde a une bonne raison de se faire tatouer : par amour ou par haine, pour exprimer sa colère ou sa créativité, sa différence ou son appartenance. En un demi-siècle, le tatouage est sorti des bas-fonds pour devenir un art à part entière avec ses styles, ses écoles et ses grands noms. Le réalisateur Marc-Aurèle Vecchione, fasciné par les cultures émergentes, a rencontré ces témoins privilégiés de l’évolution du tatouage. À Los Angeles, Tokyo ou Paris, ils racontent leur début, leur âge d’or, et leur vision de leur art.

 

Retrouvez ces chroniques dans le magazine Historia n°814 (septembre 2014) 

 

Laisser un commentaire