Articles, Histoire

avril 1, 2017

Petite histoire du poisson d’avril

Étiquettes :

(…) Le 1er avril, l’humeur est badine. On fait des blagues, personne n’y coupe. Et tandis que les enfants s’amusent à coller des poissons en papier dans le dos de leurs camarades, même les médias s’y mettent, diffusant de fausses informations pour se moquer gentiment de leurs lecteurs les plus crédules. D’où vient cette drôle de coutume ?

Le poisson d’avril semble être l’une des dernières traditions françaises d’origine profane et qui n’a pas été christianisée. À vrai dire, ses origines sont si lointaines qu’elles se sont perdues dans les limbes de la mémoire populaire. Le folklore du 1er avril pourrait être une survivance des Hilaria, ces festivités romaines qui célébraient le rire au début du printemps, mais la théorie la plus répandue fait remonter cette tradition au XVIe siècle.

Jusqu’alors, la date du Nouvel An variait selon les régions et se situait généralement autour de Pâques. En 1564, le roi Charles IX décide d’unifier le calendrier. À travers l’Édit de Roussillon, il déclare qu’en France l’année commencera désormais le 1er janvier. Cependant, certains nostalgiques de l’ancien régime font de la résistance et continuent de s’offrir des étrennes et des petits cadeaux au début du printemps. Bientôt, ces irréductibles deviennent l’objet de railleries. Puisqu’ils veulent des cadeaux, on leur offre des cadeaux pour rire, de faux cadeaux pour se moquer gentiment de leur conservatisme. Petit à petit, on a retenu la date du 1er avril à titre de symbole, d’où l’habitude de faire des blagues ce jour-ci. Cette hypothèse de la réforme calendaire est cependant contredite par les historiens. On aurait en effet retrouvé des mentions de cette tradition dans des textes antérieurs à 1564 !

Nous avons parlé des farces, mais attention à ne pas noyer le poisson. Pourquoi cet animal est-il devenu le symbole du 1er avril ? Et pourquoi les enfants se collent-ils des poissons en papier dans le dos ? La signification du poisson d’avril pourrait être liée au carême qui s’achève. Puisque la viande était interdite pendant les 40 jours de pénitence, on consommait beaucoup de poisson, jusqu’à l’associer à cette période de l’année. Certains y voient une référence à l’ichthus, un poisson formé de deux arcs de cercle, l’un des plus anciens symboles chrétiens. Pour d’autres, il s’agirait d’un clin d’œil au signe du zodiaque, le Poisson étant le dernier signe de l’hiver.

Dans les années 1900. Il était de bon ton d’envoyer une carte postale à l’élu(e) de son cœur le 1er avril, sur le même mode qu’à la Saint Valentin. Version odorante de Cupidon, le poisson est donc devenu un messager d’amour !

 

Retrouvez l’intégralité de cet article et bien d’autres histoires festives dans le hors-série du Point « Fêtes et traditions ».

Laisser un commentaire