Articles, Histoire

décembre 24, 2016

Petite histoire du Père Noël

Étiquettes :

Dès le début du mois de décembre, les petits enfants s’attablent à leur bureau. On ne les a jamais vus si studieux ! C’est qu’ils écrivent une lettre très importante destinée au père Noël… Quand viendra le grand soir, ils déposeront leurs souliers près de la cheminée, et rêverons des merveilleux cadeaux que le vieux monsieur leur apportera pendant la nuit. Mais qui est le père Noël exactement ?

La rumeur populaire prétend que la marque Coca-Cola a inventé le père Noël tel qu’on le connaît. Il n’en est pas exactement ainsi. Si la figure du père Noël est plus récente que beaucoup d’autres légendes du folklore français, elle commence à se former au milieu du XIXe siècle. Il s’agit à l’origine d’un mélange entre plusieurs personnages allégoriques de l’hiver. Le père Noël est aussi une créature magique, il vole par exemple, grâce à son traîneau fabuleux, et cette caractéristique le rapproche d’Odin ou d’autres divinités nordiques. Certains font remonter le père Noël au géant Gargan : un personnage du folklore celte, représenté avec une hotte sur l’épaule et muni de bottes.

Dans la tradition chrétienne, le vieil homme, par sa propension à la générosité envers les enfants, évoque certains saints distributeurs d’abondance comme Martin, Lucie ou Nicolas. D’ailleurs très proche de ce dernier, il lui emprunte de nombreuses caractéristiques, à commencer par son manteau rouge, couleur attribuée aux évêques, et sa crosse devenue un simple sucre d’orge. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les petits Américains l’appellent « Santa Claus », une déformation de Saint-Nicolas après un passage par le néerlandais « sint Niklaas ». Le père Noël se distingue toutefois de son cousin par sa bonhomie et son visage souriant. Quant à sa longue barbe, symbole de sagesse, elle vient à peine compenser la gourmandise affichée par ses joues rondes et son ventre rebondi.

La figure du père Noël se fige au cours du XIXe siècle. En 1863, bien avant Coca-Cola, un illustrateur américain d’origine allemande, Thomas Nast, le dessine pour le Harper’s Illustrated Weekly sous ces traits d’un homme dodu et joufflu. Ce n’est qu’environ soixante-dix ans plus tard, en 1931, que la marque américaine s’empare du personnage pour en faire une figure emblématique de sa boisson gazeuse, sous le pinceau du dessinateur Haddon Sundblom. Cependant, il a fallu du temps pour que le père Noël s’impose vraiment dans le florilège des traditions occidentales, les pays catholiques n’appréciant pas trop que ce gros bonhomme vole la vedette à l’Enfant-Jésus. (…)

 

Découvrez la suite de l’article et bien d’autres histoires de Noël dans le hors-série du Point « Fêtes et traditions », actuellement en kiosque

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *