Cinéma, Divers

juin 18, 2013

Mission 404 : le pouvoir de la culture geek (et de l’autodérision)

Étiquettes : , , , ,

Bientôt deux semaines que la vidéo fait le buzz sur la toile et déjà plus d’un million et demi de vues : Mission 404 se répand comme un virus et dévoile son scénario catastrophe. 

Ce court métrage d’une douzaine de minutes a été réalisé par une poignée de podcasteurs, qui se sont ligués pour l’occasion, car l’heure est grave : « Nous assistons au plus gros bug qu’Internet n’ait jamais connu », nous explique un journaliste au début du film, « mots de passe, mails persos, comptes bancaires… Tout ce qui était privé ne l’est plus. » Les frontières s’effacent entre Internet et le monde réel, les données personnelles sont largement diffusées, et le petit Julien (« 10 ans d’âge mental ») s’est emparé des codes d’accès à l’arme nucléaire…

mission-404-internet-est-en-danger-golden-moustache-et-studio-bagel-font-equipe-pour-un-sauvetage-du-tonnerre7

« Savoir rire de tout, mais avant tout de soi. »

Suivant cet adage, le studio Bagel et Golden Moustache ont repris tous les codes de la culture geek, afin de mieux les détourner dans une délicieuse caricature du Web.  Les deux collectifs d’humoristes réunissent une bonne part des « youtubeurs » les plus populaires du moment (Kemar, Monsieur Poulpe, PV Nova, Jérôme…) que l’on avait l’habitude de voir dans des formats plus courts. Restants fidèles au système D, c’est avec un appareil photo et une poignée de fumigènes qu’a été tourné, dans le château de Chambly, la vidéo. Financé en grande partie par la marque Orangina (qui a trouvé un bon filon en sponsorisant ces jeunes talents, en profitants pour faire du placement de produit), ce court-métrage pourrait donner suite à un projet de plus grande ampleur.
 
embedded by Embedded Video

YouTube Direkt

 
« Pour remonter le moral d’un malade, rire de son affection et nier ses souffrances. » Gustave Flaubert, Dictionnaire des idées reçues.

Afin de rétablir le calme sur le Web et de protéger le monde réel, l’Internet Security Agency décide d’envoyer ses hommes dans l’Internet. Ils y rencontreront les allégories des réseaux sociaux, des sites et des plateformes les plus utilisés du Web (Facebook, Google, Instagram, YouTube, Wikipedia, sans oublier Doctissimo et Youporn) avec l’aide desquelles ils combattront des armées de Nyan Cat, de Larry (l’oiseau Twitter), et de « filles de ta région ». Sous couvert d’humour, toutes les dérives de l’Internet sont pointées du doigt, du non-respect des données personnelles à l’accès incontrôlé à des contenus sexuels ou violents, en passant par l’approximation de Wikipédia et le spam publicitaire envahissant… Dérives qu’une autorité impuissante tente de maîtriser en vain.

Au retour de la mission 404, on s’interroge… La seule question que pose Internet serait-elle « Voulez-vous agrandir la taille de votre pénis ? » ?

One thought on “Mission 404 : le pouvoir de la culture geek (et de l’autodérision)

Laisser un commentaire