Cinéma

juillet 6, 2011

Max et les Maximonstres / Where the Wild Things Are

Étiquettes : , , , , , , ,

C’est avec beaucoup de retard que je vous présente aujourd’hui ce film de Spike Jonze sorti en 2009 mais que j’ai découvert seulement hier et avec joie.

Illustration du livre de Maurice Sendak

Adapté d’un roman illustré pour les enfants de Maurice Sendak, publié dans les années soixante, le film Max et les Maximonstres, dont on préfère de loin le titre original Where the Wild Things Are, évoque avec naturel le monde de l’enfance et du rêve. Sans en faire trop et sans explications superflues, nous voilà dans la tête d’un garçon de 7 ou 8 ans. Un peu trop seul dans la vie réelle, mais particulièrement bien accompagné dans son royaume imaginaire.

Max est aimé, mais seul et plein de rancœur. Sa famille, elle-même fragile suite à la disparition du père (divorce ou décès ?), est bien trop employée à se reconstruire pour s’occuper de lui. Rapidement, il devient « ingérable », casse tout, crie, hurle et attaque quiconque l’approche. Jusqu’au jour où il s’échappe de chez lui et après un long et périlleux voyage, rencontre de gigantesques monstres aux poils drus, aux griffes acérées et aux dents pointues.

Pour ne pas se faire dévorer, Max prétend qu’il est le roi et qu’il ne peut être mangé ! Convaincus ou amusés, les monstres lui remettent une couronne et leur royaume. Ils lui expliquent les règles du jeu : ici on casse tout. L’un arrache les arbres, l’autre fait des trous, le troisième explose les maisons on s’amuse aussi à se taper dessus, tous les coups son permis. Max est ravi et plutôt doué à l’ouvrage, mais rapidement il comprend qu’à tout détruire, on finit par se blesser ou faire de la peine à ceux que l’on aime. Alors, le roi décide de changer l’ordre des choses. On ne détruira plus, on construira ! Tous ensemble ils bâtiront une citadelle, un fort imprenable qui doit être le premier monument d’une grande citée à venir.

Where the Wild Things Are, n’est pas un film pour les enfants. C’est un film sur l’enfance qui exprime avec virtuosité les sentiments contradictoires que peut ressentir un garçon de 7 ans. Sans psychologie de bas étage, on devine dans ces créatures destructrices — et pourtant tellement attachantes — l’expression de la colère et la tristesse sans fond du jeune héros. C’est seulement une fois celles-ci apaisées que Max pourra retourner chez lui.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=xYw9inzYHrQ]

One thought on “Max et les Maximonstres / Where the Wild Things Are

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *