Articles, Cinéma, Littérature

juillet 22, 2014

Les 99 : des super-héros venus d’Orient

Étiquettes : , , ,

Aux frontières de la mondialisation et de la culture arabe, de nouvelles figures venues d’Orient dament le pion à tous les obscurantismes.

Un hymne à la tolérance et à la diversité qui rencontre un immense succès auprès des jeunes. Musulmans ou non.

the-99

En 1258, l’armée mongole envahit Bagdad. À sa tête, Houlagou Khan veut prouver qu’il est le digne petit-fils de son grand-père, le terrible Gengis Khan. Sans pitié, les Mongols détruisent tout sur leur passage, même l’inestimable bibliothèque Bayt al-Hikma. La légende veut que, ce jour-là, les eaux du fleuve se soient noircies de toute l’encre qu’elles ont bue.

L’histoire laisse alors place à la fiction : pour sauver les trésors de la bibliothèque, les sages utilisent l’alchimie et transfèrent le contenu des livres détruits dans quatre-vingt-dix-neuf pierres précieuses, les « pierres de Noor », clefs de la connaissance et (donc) du pouvoir. Trop dangereuses pour être conservées au même endroit, les pierres sont dispersées et cachées aux quatre coins du globe. Des siècles plus tard, dans quatre-vingt-dix-neuf pays différents, quatre-vingt-dix-neuf personnes de culture et d’âge différents commencent à trouver ces pierres qui changeront leur vie à jamais. À eux désormais de changer celle des autres…

Des super-héros en Orient ?

L’univers des comics est assez peu développé dans l’édition du Proche et Moyen-Orient. Nés aux États-Unis dans les années trente, les super-héros se sont progressivement exportés dans les pays du Maghreb et d’Asie occidentale, mais bien souvent, sous la forme de fausses copies. En 1967 éclate la guerre des Six Jours, qui oppose Israël à l’Égypte, la Syrie et la Jordanie. C’est le déclencheur d’un véritable essor de la littérature jeunesse au Moyen-Orient, malheureusement utilisée à des fins politiques et de propagande, mais pour ce qui est de la bande dessinée, l’édition arabe peine à émerger.

Ce n’est que très récemment que des super-héros locaux ont commencé à faire leur apparition. Au début des années 2000, on pouvait croiser quelques spécimens en Égypte, comme « Zein le dernier pharaon » ou « Jalila, protectrice de la cité de toutes les croyances » publiés par AK comics, ou encore au Liban, où est née en 2007 « Malaak, l’ange de la paix », de la plume de Joumana Medlej. Mais c’est le Koweït qui remporte la palme avec les 99, lâchés dans la nature en 2006 par les éditions Teshkeel. La série est aujourd’hui traduite en huit langues et disponible dans une cinquantaine de pays orientaux et occidentaux, sous la forme d’une bande dessinée et d’un dessin animé.

Pour un Islam modéré

Les 99 prônent les valeurs de l’Islam, leur nombre symbolise les quatre-vingt-dix-neuf attributs d’Allah, dont ils sont investis individuellement par le biais des pierres magiques… Mais chaque personnage peut utiliser le pouvoir de la pierre pour faire le bien ou le mal, cela crée une ambiguïté psychologique et laisse entrevoir les faiblesses du super-héros. Les 99 ne sont après tout que des humains.

Lire la suite de l’article dans le magazine Historia spécial n°18 (juillet 2014)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *