Articles, Cinéma, Littérature

juin 28, 2014

Le retour du Cow-boy

Étiquettes : , ,

Pour le commun des mortels, le western est un genre cinématographique. En réalité, la plupart de ces films, dès les premiers, sont des adaptations de romans.

Il s’agissait alors bien souvent de romans de consommation assez médiocres, des romans de gare version Far West. Les uns sont devenus des classiques, les autres ont sombré dans l’oubli.Mais la littérature western n’a pas écrit son dernier mot. Voici qu’elle revient au galop avec ses personnages, ses décors et son folklore du grand Ouest.

western

Un genre disparu depuis les années 80

Comme son nom l’indique, le western est ce qui vient de l’Ouest. Difficile de faire plus large comme définition et pourtant, s’il est ouvert, le genre a des codes bien déterminés. Le réalisateur Bertrand Tavernier, amoureux des histoires de cow-boys et d’Indiens, a lancé en novembre dernier une nouvelle collection chez Actes Sud, intitulée L’Ouest le vrai, où il publie pour la première fois en France des classiques du genre.

Pour lui, le western, c’est un récit « qui se passe dans l’Ouest américain à une période donnée – celle des guerres amérindiennes –, et qui évoque le rapport entre les peuples jusqu’à l’établissement de la loi et l’avènement du capitalisme. ».

Parmi les textes qui ont marqué le genre, Tavernier cite par exemple « Saint Johnson » écrit en 1930 par un auteur plus connu pour ses romans noirs : William Riley Burnett. « D’ailleurs, ce titre a donné lieu à une formidable adaptation [“Law and order”, Edward L. Cahn, 1932, ndlr], mais le livre comme le film ont été relativement oubliés. »

En Europe, la plupart de ces romans ont été ignorés ou considérés avec dédain. Le genre y a été systématiquement réduit à des archétypes, mettant en scène des personnages très manichéens, alors que, plaide Tavernier, « il cache une vraie réflexion sur la loi, la nature et la civilisation, les relations entre les hommes… en fait, la plupart des grands thèmes de la littérature américaine prennent racine dans le western ».


« C’est un genre qui a vraiment bien marché dans les années 60, mais qui avait totalement disparu depuis le début des années 80 », raconte Bertrand Le Sausse, libraire chez Vent d’Ouest à Nantes.

« Depuis trois ans environ, les westerns ont commencé à revenir grâce au travail de petits éditeurs comme Gallmeister ou Le Passage du Nord Ouest, et depuis quelques mois, cela marche vraiment bien. »

Même si le genre reste « relativement marginal », tempère Pierre, qui travaille à la librairie La Belle lurette à Paris, il « tend à se populariser ».

Lire la suite de l’article sur Rue89

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *