Cinéma

novembre 26, 2010

Le nom des gens, Michel Leclerc

Étiquettes : , , ,

       

–  Je m’appelle Arthur Martin.

 

– Je m’appelle Bahia.

 

– Comme les cuisines ?

 

– C’est brésilien ?

 

– Oui, oui, comme les cuisines…

 

– Mais non ! Bahia Benmahmoud ! C’est algérien !

 

On se définit par nos noms. Ils signent nos origines, notre passé. Ils sont notre image publique, notre porte-parole. Mais jusqu’où un nom peut-il dire la vérité sur quelqu’un ? Le nom des gens, parfois banderole, d’autres fois bouclier, revendiqué ou caché, assumé ou tu. Le nom qui dévoile, ou le nom qui trompe.

 

Arthur Martin, connaît en France quelques milliers d’homonymes quant à Bahia Benmahmoud, elle est la seule. Pourtant leur histoire se découvre bien plus en commun qu’on ne l’aurait cru au premier abord. Ainsi, la comédie de Michel Leclerc rapproche ceux que tout semble opposer.

 

Lui, ornithologue « « engagé » » dans la lutte contre la grippe aviaire et fervent défenseur du « principe de précaution » qu’il semble appliquer dans tous les domaines. Elle, engagée corps et âme, et surtout corps, dans la lutte contre le fascisme, qui est partout (même où on ne l’attend pas… « Bah oui, le quad, c’est super facho ! »).

 

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=c5mKjH0X6EI&feature=channel]

 

Derrière un humour très franchouillard (qui va des grosses gaffes face aux beaux-parents, à des tirades comme : « dans ma famille on se gratte tous le cul. »), c’est pourtant bien la même France que l’on fustige. Et si l’on rit (ou sourit) aux blagues qui se posent comme la trame du film, on apprécie surtout la profondeur du message et la beauté du poème.

 

Ainsi, sur un fond de comédie politique, Le nom des gens apparaît comme un miroir mi-burlesque, mi-poétique de notre bonne vieille France. Pleine de tabous, de blessures encore ouvertes et de métissages. On finit par croire Bahia lorsqu’elle s’exclame avec verve que « les bâtards feront l’avenir de l’humanité ! »

 

Le nom des gens, Michel Leclerc,
avec Jacques Gamblin et Sara Forestier.

3 thoughts on “Le nom des gens, Michel Leclerc

Laisser un commentaire