Art, Divers, Interviews, Littérature, Littérature numérique

juin 10, 2013

La création numérique expliquée par elle-même #1

Étiquettes : , , , , , , , ,

Dans le cadre d’un dossier touchant aux différents aspects du livre numérique, retrouvez mes interviews bi-mensuelles sur ActuaLitté. Les trois premières vous feront rencontrer des créateurs de fictions numériques, précurseurs chacun à leur manière : Philippe De Jonckeere, inventeur du Désordre, Eric Chevillard, connu sur la toile pour L’Autofictif et Fabien Vehlmann, co-fondateur d’une toute nouvelle revue de BD numérique : Professeur Cyclope.

 

désordre

 Au début des années 2000, les artistes et les écrivains commencent à s’emparer du formidable outil qu’est la toile. Des tentatives aussi curieuses que diverses fleurissent parmi lesquels une espèce originale : le Désordre, réalisé par l’écrivain et photographe Philippe De Jonckheere. Une œuvre d’art en perpétuelle évolution, mêlant texte, image et son, dans un subtil capharnaüm où « vous ne trouvez pas toujours ce que vous cherchez », mais où « en revanche vous trouverez parfois ce que vous ne cherchiez pas ». 

autofictif

De nouvelles formes de création voient le jour sur la Toile, au cours des années 2000. Quand certains expérimentent les outils spécifiquement numériques, l’hypertexte et le multimédia (comme Philippe De Jonckheere), d’autres restent fidèles au texte dans sa forme la plus traditionnelle, tout en jouant avec l’ouverture qu’apporte Internet. C’est le cas d’Éric Chevillard, qui tient quotidiennement depuis plus de six ans un carnet d’écrivain sous forme de blog : L’Autofictif.

lyceennes_Fabien_Velhmann_professeur_cyclopeAvec le développement du numérique, la bande dessinée cherche, elle aussi, à renouveler ses formes. Après le succès des blogs de dessinateurs, des revues 100% numériques commencent à voir le jour. L’une d’elle, Professeur Cyclope, lancée en mars 2013, se revendique comme un véritable laboratoire d’expérimentation. Interview avec l’un de ses fondateurs : Fabien Vehlmann.

2 thoughts on “La création numérique expliquée par elle-même #1