Articles, Histoire, Reportage

mars 10, 2014

Dossier : La Rochelle, une différence affirmée

Étiquettes : , , ,

richelieu

Le meilleur moyen de découvrir La Rochelle et d’en comprendre l’essence est d’arriver par la mer. En bateau, il faut suivre le chenal indiqué par les deux phares d’alignement – un rouge, un vert. Le port se referme presque sur la baie et ne laisse rien présager de la ville jusqu’au franchissement de l’étroit goulot qui sépare les deux tours fortifiées. Le nom de l’une d’elles : la Tour de la Chaine, rappelle l’époque où les navires payaient un droit d’entrée. On peut imaginer la lourde chaine qui reliait les deux tours se lever pour nous laisser pénétrer dans le port, et découvrir enfin le visage de La Rochelle.

Arrivé à quai, on franchit l’arche de la Grosse Horloge, la porte de la ville. On se perd alors dans un entrelacs de rues commerçantes bordées de maisons à colombages dont le bois est recouvert d’ardoises. Les piétons circulent à l’ombre des arcades qui protégeaient au moyen-âge les marchandises étalées sous leurs ailes.

Naissance d’une ville marchande

La Rochelle s’est toujours appuyée sur le commerce pour se développer. En 1130, elle n’est qu’un simple hameau de pêcheurs quand Guillaume X d’Aquitaine s’empare de Châtelaillon, à quelques kilomètres. Pour punir la ville soumise, il décide de doter sa voisine, La Rochelle, de privilèges et de fortifications. Grâce à ce coup de pouce, la ville prend de l’ampleur et le commerce maritime se met rapidement en place.

Fille de Guillaume d’Aquitaine, la célèbre Aliénor partage l’ambition de son père concernant La Rochelle. En 1199, elle lui offre une charte communale, lui permettant d’élire le premier maire de France. Parallèlement, elle incite l’Ordre du Temple à s’y installer, afin que leurs réseaux économiques et religieux profitent à la ville (on peut d’ailleurs, en cherchant bien, apercevoir les traces de leur « enclos », dans les cours de la Commanderie et du Temple).

En 1152, Aliénor d’Aquitaine fait annuler son mariage avec le roi de France et épouse en secondes noces Henri Plantagenêt. Deux ans plus tard, celui-ci devient roi d’Angleterre et La Rochelle tombe sous son escarcelle. Le port est balloté entre France et Angleterre, mais en secret les Rochelais restent fidèles à leur pays : «  Nous avouerons les Anglais des lèvres, mais le cœur de s’en mouvera jamais ! ».

Lire la suite du dossier sur La Rochelle dans le magazine Historia  n° 806 (février 2014)

Laisser un commentaire