Interviews, Littérature

décembre 1, 2011

À l’heure de l’apéro, avec Craig Johnson

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Les éditions Gallmeister organisaient ce mardi 29 novembre, une rencontre entre une poignée de blogueurs et ce grand auteur américain qu’est Craig Johnson, amoureux de la France comme la France l’est de lui.

En plein cœur du marais à Paris, c’est au bar Les Étages que la petite troupe s’est retrouvée. Si les mojitos n’y sont pas mauvais, c’est une bonne pinte de bière qu’a choisi notre auteur. En vrai Cowboy du Wyoming, Craig n’a quitté ni son chapeau, ni son sourire et la conversation a pu commencer dans la bonne humeur.

Craig Johnson est reconnu dans le monde entier pour ses romans policiers, récompensés par de nombreux prix (dont le prix Nouvel Obs/BibliObs du roman noir de l’année 2010 pour Little Bird). La série mettant en scène le shérif Walt Longmire a été traduite dans une dizaine de langues comprenant l’espagnol, le chinois et même le tchèque, mais c’est en français que le texte a été traduit pour la première fois. Craig nous parle de la relation de complicité qu’il entretient avec sa traductrice française, Sophie Aslanides.

« Il y a une grande interaction dans le travail de traduction avec Sophie. Contrairement à beaucoup d’autres qui font leur boulot dans leur coin, elle a tout de suite commencé à me poser des questions et à m’envoyer ses pages. Elle est même venue nous voir dans le Wyoming pour s’imprégner des lieux. »

La traduction des romans de Craig Johnson ne doit pas être une partie de plaisir, puisque le texte regorge de jeux de mots qui sont parfois primordiaux dans l’intrigue. Cela se remarque dès le choix des titres : les originaux jouent sur des doubles sens que l’on ne peut pas toujours reproduire en français. « Parfois ça marche, d’autres fois non, l’important c’est d’essayer et de se mettre d’accord. D’une manière générale, je pense que la traduction française est la meilleure, car il n’y a pas eu autant de travail pour les autres. C’est peut-être pour cela que mes livres marchent aussi bien ici.»

Mais ça ne fait pas tout, « au-delà de la traduction, je pense que ce qui plaît aux Français c’est l’idée de nature sauvage et de grands espaces. Ça vous fait rêver.»

Oui, pour nous c’est exotique… « Exotique ?! C’est le dernier mot que j’aurais utilisé pour décrire le Wyoming ! mais enfin, peut-être que ça l’est… »

Si c’est l’exotisme qui nous fait rêver, alors comment expliquer ce succès phénoménal aux États-Unis ?

« J’essaie de me différencier des autres auteurs de policiers. Dans mes livres, il y a finalement assez peu de violence et très peu de sexe. Je mets l’accent sur la complexité des personnages et le réalisme. Cette figure du flic solitaire et dur que vous retrouvez dans tous les mauvais polars n’existe pas en réalité. J’ai été policier moi-même et je peux vous dire qu’il y a besoin de recul et d’humour pour tenir le coup sur les affaires difficiles. On développe un cynisme particulier que j’ai voulu reproduire chez Walt. »

Pourtant, Walt Longmire est un shérif, tout ce qu’il y a de plus classique... « Il est le stéréotype même du shérif de l’Ouest américain, mais je joue avec ça aussi. Walt a une réalité, car il a une vie sociale. Ce n’est pas un loup solitaire, les gens l’aiment et il fait partie intégrante de la communauté. »

Une deuxième tournée, un tour d’horizon de la météo et des lieux à visiter et puis on repart :

Il paraît que la série de Walt Longmire va être adaptée à la télévision… ?

« Oui, il s’agit d’une série de 10 épisodes (pour le moment) produite par Greer Shephard, qui a travaillé sur des séries très connues comme Nip/Tuck. Le tournage est presque fini et la série paraîtra mi-juin aux États-Unis. Greer a adoré mes livres et m’a beaucoup concerté pendant le tournage pour rester le plus fidèle possible à l’esprit de la série. Je suis plutôt satisfait du résultat, les acteurs sont excellents. »

C’est Robert Taylor, l’agent Jones de Matrix, qui incarnera Walt Longmire : « Il ressemble assez à l’image que j’ai de Walt, même s’il est peut-être un peu plus jeune et aussi plus mince ! » Lou Diamond Phillips jouera l’indien Henry Standing Bear quand à Vic, l’adjointe au shérif, elle sera représentée par katee sackhoff.

« Cette série est une bonne chose pour moi, car je ne suis pas un auteur médiatique. La plupart du temps, je reste dans mon Wyoming et la presse ne vient pas me chercher jusque-là. La télévision donnera sans doute plus de visibilité à mes livres. »

Sophie Aslanides et les éditions Gallmeister travaillent en ce moment sur le quatrième tome des aventures de Walt Longmire : Enfants de poussière (Another man’s mocassins) à paraître au mois de mars 2012.

et la photo de groupie... ^^

4 thoughts on “À l’heure de l’apéro, avec Craig Johnson

  1. Cet article me donne envie de lire un de ses romans! Encore un de plus sur ma liste de Noël!
    La photo de groupie est super! 😉

Laisser un commentaire